Édito - mars 2014

Il faudrait vivre sur la planète Mars pour ignorer que le 25 mai prochain se tiendront les élections régionales, fédérales et européennes.  C’est en cette période qu’il faut que chaque parti clarifie ses positions par rapport à notre secteur.

La Belgian Restaurants Association poursuit donc son lobbying de haut niveau pour obtenir une amélioration radicale du cadre dans lequel les restaurants évoluent.

A l’occasion de la soirée de Gala du salon Horecatel à Marche, nous avons pris l’initiative d’inviter à la table de la Belgian Restaurants Association les quatre présidents de parti, côté francophone, qui ont tous répondu favorablement à notre interpellation. Charles Michel, président du MR, Emily Hoyos, co-présidente d’Ecolo étaient présents en personne. Philippe Courard, secrétaire d’état, représentait Paul Magnette pour le PS, et René Collin, député provincial, représentait Benoît Lutgen.

Au cours de cette soirée, les administrateurs de la Belgian Restaurants Association ont eu l’occasion d’insister sur nos préoccupations et de présenter nos propositions : diminution des charges sociales sur le travail, plus de flexibilité en matière de temps de travail pour tenir compte de la réalité vécue dans les restaurants, un régime fiscal attractif pour les dépenses au restaurant.

Nous avons le sentiment que ce soir-là, nous avons été écoutés et entendus.  Tous les partis affirment qu’il faudra faire quelque chose pour le secteur.  Les avis divergent sur les moyens, mais sur l’objectif final de donner un avenir à nos restaurants, tous semblent donner raison à nos propositions.  La Belgian Restaurants Association se réjouit de voir son message reçu 5/5 !

Il restera à vérifier si le soufflé ne retombera pas, sorti du four, après les élections…  Nous y serons attentifs !